Il y a quelques années alors que je me rendais en Asie pour une intervention de formation et de coaching en Santé et Sécurité au Travail, mon client du siège social Européen me fait une demande spéciale. Pourrais-tu porter une attention particulière me dit-il  à l’action de prévention au sein de l’usine où tu vas intervenir et me dire ce que tu en penses. Pourquoi lui ais-je demandé?. Sa réponse fût plutôt surprenante, il s’agit de notre plus grande opération dans le monde avec 2,500 employés et notre usine la plus performante en SST (taux de fréquence OSHA de 0,6) sur les 35 usines que nous possédons sur l’ensemble du globe. Que veux-tu savoir au juste fût ma deuxième question? Sa réponse fût des plus intéressante! Nous avons eu un mort il y a 8 mois et j’aimerais bien avoir ton avis sur le pourquoi et aussi si nous sommes en contrôle des risques les plus critiques sur ce site…

COVID-19 est un virus très dangereux, on le répète beaucoup et les autorités sanitaires ne cessent de nous prescrire les mesures préventives à appliquer, se laver les mains, rester à la maison, ne plus se regrouper, maintenir nos distances, etc.

Or, depuis quelques jours on nous inonde de chiffres et de comparaisons entre pays, entre provinces, entre villes, etc. Francis Vailles de La Presse+ soulève dans sa chronique aujourd’hui le 3 Avril, à quel point il faut faire attention à ces chiffres, je le cite :

 »Une analyse fine des données suggère que le nombre de cas positifs de COVID-19 en Ontario serait de deux à trois fois plus élevé que les chiffres officiels ne l’indiquent. Cette sous-estimation fait mal paraître le Québec et embellit le portrait global canadien. L’Ontario a vraisemblablement deux fois plus de cas que ce qu’indiquent les chiffres officiels. »

 Vous lirez cette chronique, Francis Vailles nous ouvre les yeux sur la prudence à avoir avec les chiffres et surtout les comparaisons douteuses.

Retournons en Asie, après une semaine d’analyse et d’interactions avec un peuple charmant,  j’étais en mesure de comprendre beaucoup mieux la situation entourant ce site et j’ai pu fournir deux informations-clés à mon client Français. La première et la plus importante pour moi; une liste des situations et des actions critiques à améliorer pour assurer une prévention et un contrôle des risques majeurs,  qui de mon avis n’étaient pas à la hauteur et expliquait pourquoi un accident mortel était survenu 8 mois plus tôt et surtout, pourquoi il en arrivera d’autres si rien de mieux est fait.

Et la  deuxième information, vous vous en doutez!; 0,6 comme taux de fréquence n’était pas un chiffre représentatif de cette usine…

J’exerce le métier conseil en santé et sécurité au travail  depuis plus de 40 ans et j’ai fait le tour du monde je ne sais plus combien de fois, afin d’aider les personnes de diverses cultures à développer des comportements et des habitudes sécuritaires face aux dangers et aux risques les plus sérieux et les plus critiques. S’il y a une recommandation que je peux partager aujourd’hui avec les dirigeants et les différents leaders de ce monde face à la situation très critique que nous devons affronter tous face au covid-19, c’est de ne pas se fier uniquement aux chiffres pour prendre les bonnes décisions de prévention et de gestion des risques. Il faut utiliser d’avantage des indicateurs proactifs et précurseurs axés sur la prévention et la gestion des risques.

Merci monsieur Vailles!

Auteur: Gérald Perrier

Article d’inspiration: https://plus.lapresse.ca/screens/c7a34d38-7335-4493-80d4-5a305d6325b9__7C___0.html?utm_medium=Email&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen